lundi 25 avril 2016

Transporter une ruche en voiture

Il arrive toujours un moment où vous serez amené à transporter une ruche sur une longue distance. Vous devrez le faire en voiture avec ou sans remorque. Voici des conseils pour réaliser cette opération sans risque et sans dégâts pour vos abeilles et pour vous même.

                                                                                                                       Mis à jour le 14 mai 2017

Préparer les ruches:


Un transport de ruches ne s'improvise pas. L'idéal est de faire l'opération en fin de journée quand toutes les butineuses sont rentrées. Ainsi vous n'en perdez pas. Que ce soit un transport de votre rucher à un autre ou pour ramener un essaim chez vous, essayez dans la mesure du possible de respecter cette règle.

Transporter une ruche en voiture
Ensuite, il faut préparer la ruche. Quand les abeilles sont enfermées, elles ont tendance à produire de la chaleur. Il est donc important de fermer la ruche pour que les abeilles ne puissent pas voler librement mais aussi d'assurer une ventilation maximum pour refroidir les abeilles. Si la ruche manque de ventilation, des abeilles vont mourrir et tomber sur le plancher et diminuer encore la ventilation.

Donc une fermeture devant la ruche, idéalement qui laisse passer l'air.

Pour la ventilation, laissez toutes les ouvertures de ventilation ouvertes, retirez le tiroir du plancher si celui-ci est muni d'un treillis et enfin enlevez les plaques d'isolant normalement installées dans le toit.

Si vous avez le choix, par exemple transvasement d'une colonie que vous achetez, cloisissez une ruche avec crémaillère et dispositif pour le maintien des cadres afin d'éviter d'écraser la reine ou les abeilles.

L'article ci-après vous donnera plus de conseils relatifs au déplacement des ruches.

Le transport:


Pour le transport, il est essentiel que la ou les ruches ne puissent pas s'ouvrir. Calez-les avec des sangles et arrimez-les de façon à ce qu'elles ne puissent pas bouger dans la remorque ou la voiture. Placez vos ruches bien à l'horizontale surtout en période de miellée pour éviter que le miel liquide ne coule partout.

Installez aussi les ruches avec les cadres dans le sens de la marche. Cela réduira fortement les mouvements des cadres au sein de la ruche pendant le transport et limitera par conséquent l'écrasement d'abeilles.

L'idéal est de transporter les ruches aux heures les plus fraîches, soit tôt le matin ou en soirée afin d'éviter la surchauffe dans la ruche.


Roulez prudemment en évitant les trous et les virages rapides. Si vous devez vous arrêter, parquez les ruches à l'ombre. Si vous faites un très long trajet, optez, sans hésitation, pour rouler de nuit.

Les conditions optimum:


Vous l'avez compris, le mieux est de raccourcir autant que possible la durée du trajet, de rouler quand la température n'est pas trop élevée. En tous cas, évitez la canicule et le plein soleil.


Le matériel à prendre avec soi:


N'oubliez pas de prendre un peu de matériel avec vous.

  • Une protection contre les abeilles: des gants et une vareuse,
  • un enfumoir et des allumettes,
  • un lève-cadres,
  • un pulvérisateur d'eau,
  • une sangle de rechange,
  • du papier de type absorbant pour boucher une entrée,
  • un rouleau de papier adhésif large.
  • une lampe de poche si jamais vous devez intervenir de nuit


Avez-vous des expériences ou des anedoctes à partager sur le transport de ruches. Racontez-les dans l'espace commentaires.

Autres articles:


Rucher
Diviser une colonie 







Planche d'envol
Observations au trou de vol 







Abeille qui pique
Une colonie agressive, que faire? 


12 commentaires:

  1. bonjour, je viens de faire une expérience malheureuse. J' avais récupéré un essaim mis dans une ruchette avec 4 cadres. L'essaim était de la taille d'un ballon de foot et la ruchette arrivait à toutes les contenir. J'ai fermé la ruchette à 5h30 du matin, départ 8h15, parcouru 900 km et arrivée à 19h15. J'ai ouvert immédiatement et quelques abeilles sont immédiatement sorties. Cela me semblait de bonne augure. Le lendemain, pas une abeille sur la planche de vol, température 8 dégrés, je ne m'inquiète pas. Plus tard dans le début d' après midi, 15 degrés, pas d'activité. J'ouvre la ruche, l'entrée était bouchée par les 3/4 de l'essaim effondré. J'avais percé quelques trous d' aération sur le couvercle, mais j'avais fermé l'entrée, bloqué avec du ruban adhésif. Dans le tas d' abeilles mortes j'ai trouvé la reine inerte, je l'ai tout de même mise à l'entrée de la ruchette et de nombreuses abeilles sont venues s'en occuper. On peut toujours rêver, au pire cela peut apporter un reste de phéromones. Peu de temps après, la reine n'était plus visible ? Au sol non plus. Il y a une belle ponte dans les cadres et du couvain frais moins de 3 jours. L'espoir est bien ténu. Mon erreur était le manque de ventilation, d' après moi, elles ont cuit. Enfermées plus de 14h, température extérieure inférieure à 20°, peu d'espace, je pensais que c'était jouable, et ben non !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Francis pour ta contribution, même s'il s'agit d'une expérience malheureuse.

      C'est un risque sur les longs trajets. C'est pourquoi il est préférable de voyager aux heures fraîches, idéalement de nuit comme indiqué dans l'article.
      Il est aussi conseillé d'ouvrir toutes les ventilations de la ruchette pour éviter les coups de chaleur et de retirer le tiroir sous le grillage du plancher.

      J'espère que le reste de l'essaim s'en sortira. Un renforcement avec quelques cadres de couvain operculé peut aider.

      Supprimer
  2. merci pour ce conseil. Il s'agit d'une ruchette alsacienne sans fond grillagé. L'ouverture d'entrée était très réduite 5 cm et j'aurai pu adapter une grille d'entrée permettant l' aération. Aujourd'hui il fait sous 10 degrés, je les entends et évidemment il fait trop froid pour voler.
    Pour le couvain operculé, je peux en prélever sur une de mes deux autres ruches, mais en laissant les abeilles dessus cela risque d' amener peut-être à une situation conflictuelle. Quel est ton conseil, cadre operculé sans ou avec abeilles ? sans la reine évidemment, merci Patrick

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'adaptation du plancher pour installer un fond grillagé est à la portée d'un bon bricoleur. Il vaut mieux anticiper ce travail en dehors de la pleine saison. Pendant la miellée, la ventilation par le bas est aussi utile comme mesure de prévention à l'essaimage.
      Concernant le renforcement avec du couvain operculé, je n'hésite pas à laisser les abeilles sur le cadre et n'ai jamais connu de problème. Les abeilles déplacées acceptent la "loi" des abeilles en place. Si tu as des craintes -par exemple parce que tu as une très jeune reine - tu peux bien entendu renforcer avec un cadre sans abeilles.
      Cordialement

      Supprimer
  3. merci, j' attends une température plus clémente et procède au renforcement et au transfert dans une ruche normale dès que possible. Je te tiendrai au courant de l'évolution.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec grand plaisir, tiens nous au courant.

      Supprimer
  4. 21.4.17. Apport de 2 cadres de couvain operculé avec les abeilles dessus d'une ruche distante de 6 km. Il y a présence de couvain mort (noir) et des œufs ? Ajout d'un cadre avec du miel.
    29.4.17. Présence de 4 cellules royales dont une operculée. Le couvain mort n' a pas été évacué et les pontes de moins de 3 jours toujours présentes, donc mortes. Le couvain apporté et pour ainsi dire entièrement éclos. J'estime la naissance de la Reine vers le 5/6 mai.
    12.5.17. Belles abeilles. Du miel frais, du pollen, pas de ponte, pas vu de Reine. Renforcement avec un cadre de miel et comprenant quelques abeilles mortes dans les alvéoles.
    17.5.17. Vu belle Reine mais pas encore de ponte. Pollen et miel frais, ruche saine, plus de trace de couvain mort ou d' abeilles mortes, c'est magique !
    Le miracle sera la fécondation, à suivre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup du partage d'expérience. La théorie s'apprend dans les livres mais le vécu est enrichissant.
      Pour faire redémarrer la colonie, ne pas hésiter à nourrir en l'absence de miellée: du sirop 50/50 donné en petites quantités pour simuler la miellée. Bien isoler la ruche est aussi un facteur de développement.
      Dans l'attente de tes nouvelles de la première ponte.

      Supprimer
    2. Bonne nouvelle. En date du 23 mai, présence de ponte fraîche et de larves de quelques jours. J'ai ajouté un cadre à construire et aujourd'hui 29 mai, je nourris avec un sirop 50/50 25cl. Abeilles douces, çà à l'air bien parti.

      Supprimer
    3. Félicitations pour ta patience et ta persévérance. Une nouvelle reine qui pond reste toujours un spectacle émouvant. Bravo et bonne continuation, Francis.

      Supprimer
  5. Je suis parti de Pau pour ....le Portugal avec 2 ruches Warre pour un ami français,en Algarve .
    Pensant bien faire, pour les " chères abeilles" ,j'ai mis du sirop dans les nourrisseurs ! Grave erreur ! A l'arrivée ( 1 jour de trajet de nuit !) je n'ai pu constaté les dégâts ! Les abeilles s'étaient noyées .
    J'écris cela pour que d'autres apiculteurs ne fassent pas la meme erreur !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de votre contribution.

      Le transport sur des longues distances quellles que soient les précautions prises reste toujours un exercice délicat. Il est préférable de ne pas le compliquer en ajoutant du sirop dans lequel les abeilles risquent de se noyer.

      U trajet en voiture comporte des chocs et les abeilles ont du mal à ingurgiter un liquide.

      Dans la ruche, le miel à disposition doit suffire pour un trajet même sur de longues distances.

      Supprimer