vendredi 20 janvier 2017

Dix erreurs d'un débutant en apiculture

Enfumoir qui fumeQuand on débute, on commet souvent des erreurs. J'ai essayé de les rassembler dans cet article afin de vous aider à les éviter dès le début. L'apiculture est un hobby exigeant et difficile. Il est important de passer cette période sans se décourager pour progresser et profiter au maximum de ce passe-temps merveilleux qu'est l'apiculture.
      Mis à jour le 13 mai 2018     

Ne pas oser visiter ses ruches

L'apiculteur débutant à souvent des réticences à visiter. Il n'ose pas soit simplement par crainte des abeilles ou tout simplement par peur de mal faire.

Osez! Réfléchissez bien à ce que vous voulez faire. N'ayez qu'un seul objectif par visite. Préparez votre matériel et essayez de faire mentalement votre visite avant d'ouvrir la ruche. Si la crainte des abeilles est présente, faites-vous accompagner mais intervenez vous-même sous le contrôle d'un apiculteur.

C'est en ouvrant les ruches que l'on devient apiculteur. N'ayez pas de honte, nous sommes tous passés par là.

Proposez vos services à d'autres de façon à vous familiariser au travail dans la ruche.

Visiter trop souvent

C'est un défaut souvent observé chez les nouveaux apiculteurs. Soyez conscient que chaque visite perturbe les abeilles dans leur travail.

Quel est le bon rythme de visite. Je dirais une fois tous les dix ou quinze jours. Un peu plus en période d'essaimage ou une visite tous les huit jours permet de retirer les cellules royales avant leur operculation.

Rester seul dans son coin

Évitez de travailler seul dans votre rucher. L'apiculture, après un bon cours, s'entretient par des échanges avec d'autres. Il y a plus d'idées dans plusieurs têtes et vous apprendrez beaucoup en discutant les façons de mener vos ruches avec d'autres apiculteurs. Chacun a ses trucs et ficelles et est toujours fier de les partager.

Couverture du livre sur le varroaEt puis les techniques évoluent.  Aujourd'hui, on traite plus contre le varroa comme il y a cinq ou dix ans. Il est donc important de se tenir au courant de l'évolution des produits, de ceux qui ne sont plus adaptés et aussi des nouvelles méthodes comme la rupture de ponte, par exemple.

Lisez à  ce sujet Techniques de lutte contre le varroa.

N'avoir qu'une ruche

Il semble normal de ne commencer qu'avec une ruche. C'est pourtant une erreur.

En effet avec une seule ruche, vous n'avez pas de point de comparaison en termes de mouvement au trou de vol, xe rentrées de pollen ou même du développement de la ruche.

De plus en cas de perte de la reine, une deuxième ruche vous permet d'insérer un cadre de couvain ouvert pour faire un élevage de cellules royales.

Avec une ruche, vous pourrez difficilement faire un écrémage pour réduire la fièvre d'essaimage sans mettre votre récolte en danger.

Dès que possible, passez à deux ruches: cela ne prend pas beaucoup plus de temps et vous aurez plus de plaisir.

Visiter les ruches sans protection

Les abeilles piquent. Ne l'oubliez jamais. Interdisez-vous de visiter une ruche sans protection adéquate. Ne laissez aussi personne vous accompagner sans une protection c'est à dire une vareuse munie d'un voile, des gants et des chaussures convenables.

Évitez les odeurs fortes telles que parfums ou eau de toilette ainsi que les mouvements brusques que la vision de l'abeille accélère. Les chocs sur les ruches ou les supports de ruche sont aussi très mal ressentis par les abeilles.

Ne pas utiliser son enfumoir

Enfumoir qui fumePour une petite intervention, il est parfois tentant de ne pas prendre son enfumoir. C'est une erreur car vous oubliez le seul outil à votre disposition pour calmer les abeilles.

Pour une petite intervention , prenez toujours votre enfumoir avec simplement une boulette de papier et un peu de combustible. Cela ne prend que deux minutes mais peut vous éviter des désagréments.

Placer une hausse vide

Les dimensions d'une ruche sont calculées pour que tout l'espace soit utilisé. Par exemple, l'espace entre un cadre et le côté de la ruche est de exactement 8mm ce qui permet le passage d'une abeille et empêche la construction.

Si vous enlevez des cadres de corps sans mettre de partition ou si vous placez une hausse vide, les abeilles en période de miellée vont s'en donner à cœur joie pour construire dans tous les sens au départ du couvre cadres. Vous n'aurez plus qu'à découper ces constructions qui serviront au mieux de cire à récupérer à la fondeuse.

Pour éviter ce gâchis et cette perte d'énergie pour les abeilles, utilisez les partitions et placez des cadres dans les hausses.

Ne pas continuer à apprendre

Commencer l'apiculture sans avoir suivi une solide formation me semble extrêmement difficile. Au début, peu de choses sont simples en apiculture et il est fréquent de se décourager. Il y a les piqûres, les échecs inhérents à tout démarrage d'activité, parfois une certaine hostilité des voisins voire de la famille.

Et même si vous avez suivi une formation, continuez à vous former. Il y a des cours de perfectionnement, des conférences. Et puis tout contact avec des apiculteurs chevronnés est une bonne occasion pour échanger et recueillir des conseils.

Rendre une ruche orpheline

A l'exception de cas particuliers tels que pour provoquer un élevage royal ou pour remérer une ruche agressive, personne ne visite une ruche en vue de l'orpheliner. Pourtant vous seriez étonné de savoir le nombre de fois que cela arrive quand on débute.

L'écrasement d'une reine entre deux cadres est plus fréquent que l'on croit. Mais l'erreur la,plus fréquente est d'orpheliner une colonie en supprimant les cellules royales.
Cellule de reine
En effet quand on débute une des plus grandes craintes est l'essaimage et dans ce cas que fait-on? On supprime les cellules royales. Avant de les supprimer, ayez toujours le réflexe d'examiner s'il y a encore des œufs ou au moins des larves de moins de deux jours. Si ce n'est pas le cas, il y a de fortes chances que l'essaimage a déjà eu lieu et que votre colonie n'aura plus les moyens de se remérer.

Si l'essaimage a eu lieu, laissez deux cellules royales sur un même côté d'un cadre et éliminez toutes les autres.


Ne pas marquer ses reines

Quand on débute, beaucoup de choses sont difficiles, y compris trouver la reine et la marquer. Je peux cependant vous assurer que ne pas marquer sa reine rend l'apiculture encore plus difficile. Ne faites donc pas cette erreur commise par beaucoup au début en apiculture de ne pas marquer les reines.

En fait, ne pas marquer ses reines rend tout plus difficile à commencer par la recherche de la reine. Voir sa reine ou au moins constater qu'il y a des œufs dans la ruche est pourtant une des objectifs de visite d'une colonie. De plus, si votre reine n'est pas marquée, comment saurez-vous qu'il y a eu un renouvellement, comment connaîtrez-vous l'âge de la reine?

Je vous encourage donc à apprendre à trouver la reine et à la marquer. Commencez par attraper des faux-bourdons et marquez-les. Les bourdons sont plus gros et donc plus faciles à tenir et ils ne piquent pas. 

Si vraiment vous n'en sortez pas, faites-vous aider mais surtout marquez vos reines car cela va vous aider pour vos écrémages et pour vos divisions.

Pour en apprendre plus sur l'apiculture et bien la pratiquer, je vous conseille le livre Bien débuter en apiculture qui vous décrit les techniques de base et donne des conseils pour bien installer son rucher.

Et vous connaissez-vous d'autres erreurs fréquentes?
________________________________________________________________________________
Autres articles :

Apiculture Pratique au Fil des Mois



Que faire quand on a une colonie agressive?






Huit excellentes raisons de devenir apiculteur





L'entretien du matériel d'apiculture




________________________________________________________________________________

6 commentaires:

  1. ouvrir la ruche en se tenant dérriere la ruche, pas sur le coté

    RépondreSupprimer
  2. Effectivement une visite par le côté est préférable quand la configuration du rucher le permet. Merci de contribution.

    RépondreSupprimer
  3. Tout d'abord, j'aimerais vous féliciter pour votre blog! Il est précis, complet et extrêmement intéressant! C'est un plaisir de vous lire!
    Je me souviens d'une erreur commise la première année, (je n'en suis qu'à ma troisième) où je n'ai pas remis parfaitement en place une hausse. Il restait un petit espace, mais je ne m'en étais pas rendu compte... par contre, les abeilles des autres ruches ne se sont pas fait prier! Quelques jours plus tard, la ruche avait été pillée!
    Depuis, je fais drôlement attention.
    Encore une fois merci, Patrick, pour toutes ces informations.
    Christian

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Christian pour les encouragements. J'essaye de partager mon expérience pour éviter à d'autres de faire les mêmes erreurs. Autant que possible, je tente d'être pédagogue pour tous ceux qui cherchent des renseignements et des méthodes sur l'apiculture.

      La lutte contre le pillage est surtout une question de discipline, d'attention et d'entretien du matériel. Pour ceux que cela intéresse, vous trouverez plus de details dans l'article sur le pillage. http://unrucheraujardin.blogspot.be/2016/09/pillage-au-rucher.html

      Supprimer
  4. Bonjour,
    Bravo et merci pour le blog.

    Personnellement, j'ai voulu ne pas rester trop dans mon coin au début et ai rencontré beaucoup de monde.
    Le souci est que en apiculture, on a tous pu constater que chacun a sa méthode et dénigre ce que fait le voisin... Poser 1 question à 3 apiculteurs, vous aurez 5 réponses!

    Au final, je me suis dit que quitte à être perdu sous la masse d'informations, autant rester tout seul et apprendre par mes erreurs...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour et merci pour le commentaire,

      C'est vrai que dans le monde des apiculteurs, on entend souvent une chose et son contraire et que la critique gratuite esy une chose courante.

      Par contre, il y a aussi des apiculteurs qui essayent d'épauler ceux qui débutent et qui ont vraiment de l'expérience à transmettre. Ce sont ceux-là qu'il faut dénicher et cotoyer.

      J'ai un ami apiculteur, un peu plus jeune que moi mais dont le père était déjà apiculteur. Discuter avec lui et surtout ouvrir une ruche en sa compagnie restent pour moi des moments où j'apprends encore parce qu'il se remet en question et cherche de nouvelles voies notamment pour combattre le varroa.

      Ces apiculteurs qui ont quelque chose à donner sont rares mais à fréquenter sans modération.

      Cordialement.

      Supprimer