vendredi 31 mai 2019

Connaitre la biologie du varroa pour le combattre


Pour bien comprendre les techniques de lutte contre le varroa, il est important de connaître sa biologie, son mode de reproduction ainsi que son cycle annuel. En effet l'efficacité des traitements et le type d'action à mener dépend étroitement du cycle biologique du varroa.


Document crée le 31 mai 2019   

Biologie du varroa

Le varroa est un acarien. Il ne s’agit pas d’un insecte mais d’un arachnide qui est donc voisin des araignées, des tiques et des scorpions.

Son nom exact est varroa destructor.

Il est originaire d’Asie où le varroa parasite les colonies d’Apis Cerana mais sans les détruire car apis cerana sait le combattre. Il a été introduit en 1984 en Europe et depuis, est devenu un hôte indésirable de nos colonies. Il contamine aujourd’hui toutes les colonies du monde entier.

C’est un parasite qui vit au détriment de l’abeille. Il ne peut pas survivre plus de 48 heures en dehors de la ruche et se développe au rythme de la colonie d’abeille.

Cet animal est de taille réduite et mesure entre un et un millimètre et demi. Malgré sa petite taille, il s’agit d’un parasite relativement grand par rapport à l’abeille. A titre de comparaison, c’est comme si un homme portait une tique de la taille d’une assiette.

Il est pourvu de huit pattes robustes positionnées à l’avant. Son corps est recouvert d’une carapace solide en forme de casque. La couleur de la carapace est brune. Le varroa n’a pas d’yeux, mais il se repère grâce à son odorat et sa perception du mouvement. Il est très rapide et peut s’agripper à une abeille. Il est muni d’un rostre qui lui sert à percer la carapace de l’abeille.

Il se nourrit de l’hémolymphe de l’abeille et l’affaiblit. Les blessures portées aux abeilles sont autant de portes d’entrées pour les virus présents dans la ruche.

Sans abeilles, un varroa ne peut vivre que 48 heures.

Une colonie attaquée par les varroas est condamnée au bout de deux ou trois ans si aucun traitement n’est pratiqué par l’apiculteur.

Une partie des varroas présents dans la ruche vivent sur les abeilles. Ce sont les varroas phorétiques. Les autres vivent dans les cellules du couvain pendant le stade de reproduction.

Les varroas phorétiques constituent à peu près un tiers de la population de la colonie pendant la période de présence de couvain.

Différence entre varroa destructor et jacobsoni


Vous entendrez parfois parler de varroa jacobsoni et de varroa destructor. Quelle est la différence ?

Varroa jacobsoni était au départ un parasite présent dans les colonies d’Apis Cerana qui vit principalement en Asie.

Par des échanges, cet acarien est apparu sur Apis Mellifera et son adaptation à ce nouvel hôte a donné naissance à varroa destructor. En raison des échanges commerciaux, sa diffusion à travers le monde a été ensuite très rapide.

Varroa jacobsoni ne tue pas les colonies d’apis cerana car celle-ci a des capacités d’épouillage plus importantes que notre abeille. La durée de développement de la larve d’apis cerana est aussi plus courte ce qui limite le développement d’apis jacobsoni au sein de la colonie.

La reproduction du varroa


Le varroa se reproduit dans les cellules du couvain.

varroaUne ou plusieurs femelles s’introduisent dans la cellule avant l’operculation. Chaque femelle pond de 2 à 8 œufs. Le premier œuf qui éclot est un mâle et les suivants sont des femelles. La gestation d’un œuf mâle est de six jours tandis que celle des femelles dure un peu plus longtemps (de huit à neuf jours). Le mâle qui vient de naître féconde ses sœurs. Les femelles sont matures après quatre à cinq jours.

La température optimale de reproduction du varroa est de 32° soit moins que la température de la colonie.

Dès la naissance de l’abeille, les jeunes varroas sortent de la cellule et après quelques jours, les femelles peuvent recommencer le cycle.

Le développement du varroa est parallèle à celui de la colonie. Une très grande extension au printemps quand le nombre de cellules de couvain augmente.
On considère que le nombre de varroas double chaque mois. Voici l’extension de la population de varroa entre janvier et juillet pour une population au départ de 100 varroas.

Janvier           100
Février           200
Mars              400
Avril              800
Mai              1600
Juin              3200
Juillet           6400

Durant l’hiver quand la colonie d’abeilles n’a plus de couvain, le cycle de reproduction du varroa s’arrête et seules les femelles varroas survivent en attendant la reprise de la ponte de la reine. À ce moment la totalité des varroas sont phorétiques. Ils sont donc particulièrement vulnérables ce qui explique l’importance du traitement d’hiver contre le varroa.

Cagette Pour combattre le varroa, il faut mettre en oeuvre différentes techniques de lutte : les méthodes biotechniques sont à préconiser durant la saison. La rupture de ponte au moment du retrait des hausses est aussi très efficace surtout si couplée à un traitement à l'acide oxalique.

Pour ceux qui veulent en savoir plus, je vous recommande la lecture du livre Techniques de lutte contre le varroa qui reprend toutes les techniques et méthodes de lutte ainsi qu'un calendrier pour optimaliser le combat contre ce fléau que constitue le varroa.

couverture du livre

Autres articles:

acacia en fleurs
Le robinier faux acacia





Fleur de saule marsault
Le printemps, porteur de risques et d'espoirs en apiculture





Cellule royale
Le remplacement de la reine chez les abeilles





Wrap
 Comment bien utiliser la cire d'abeilles





  Vous aimez Un Rucher au Jardin, voici comment l'aider










Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire