vendredi 7 avril 2017

La prévention de l'essaimage

"L'apiculteur est bon pendant onze mois et puis vient le mois de mai, celui de l'essaimage". Si vous voulez passer plus de temps dans votre rucher qu'en haut d'une échelle, lisez attentivement cet article. Vous y trouverez des conseils pour contrôler l'essaimage des abeilles.
                                                                                                                         Mis à jour le 7 septembre 2017           

Mécanisme de l'essaimage:

La phéromone royale empêche les ouvrières de pondre et de construire des cellules royales. S'il y a un manque de phéromone, quel qu'en soit la raison, vous constaterez que des cellules royales sont construites et que le risque d'essaimage augmente.
La congestion du nid à couvain ou plus simplement dit, le manque de place face au développement de la colonie est aussi un facteur d'essaimage. Plusieurs causes existent:
    Gros essaim accroché à une branche
  • l'apiculteur a placé sa hausse trop tard
  • cela entraîne un manque de place et un blocage de la ponte de la reine
  • une période de mauvais temps longue crée aussi des conditions favorables à l'essaimage car les abeilles sont inactives.
  • une stimulation printanière suivie d'une période de mauvais temps est parfois aussi la cause de la fièvre d'essaimage.

Signes précurseurs du départ de l'essaim:

Il y en a plusieurs mais malheureusement certains ne sont faciles à détecter.
  • Tout d'abord, l'essaimage ne peut avoir lieu qu'en présence de mâles, sinon la fécondation de la reine ne serait pas possible
  • vous constaterez la construction d'amusettes. Ce sont des débuts de cellule royale non pondues.
  • Ensuite, des cellules royales aux différents stades: pondues, avec gelée royale, construites mais non operculées et ensuite operculées. Si vous êtes au dernier stade, il y a urgence. Dans ce cas, le prélèvement d'un essaim artificiel et souvent la seule solution pour empêcher le départ de l'essaim.
  • Juste avant l'essaimage, la ponte de la reine ralentit et finit par s'arrêter. Si vous ne voyez plus d'oeufs dans les cellules d'ouvrières, vous êtes en fièvre d'essaimage.
  • Le ralentissement du travail de la colonie. Beaucoup d'abeilles désoeuvrées sur la planche de vol, peu de rentrées de pollen ou de nectar.

Que faire pour empêcher l'essaimage?

Les mesures à court-terme

  • Faire travailler les abeilles. Donner des nouveaux cadres à bâtir soit dans le corps, soit dans la hausse.
  • Donner de la place. Dans le corps, en remplaçant les vieux cadres par des nouveaux.
  • Ajouter une hausse.
  • Le clipage de la reine, c'est à dire couper les ailes d'un côté pour l'empêcher de voler. Personnellement, je ne l'ai jamais fait car je trouve cela barbare. Avec cette méthode, vous ne gagnerez que quelques jours car dès la naissance d'une reine vierge, celle-ci s'envolera avec l'essaim.
  • La destruction régulière des cellules royales, au moins une fois par semaine. C'est fastidieux et si vous en ratez une, vous n'empêcherez pas le départ de l'essaim.
  • Mettre une grille à reine à la sortie de la ruche. Quand l'essaim va vouloir sortir, la reine va rester bloquée et l'essaim reviendra à la ruche. Cette méthode nécessite de visiter son rucher tous les jours. Cette grille présente aussi l'inconvénient d'empêcher la sortie des mâles et de gêner les abeilles qui notamment perdent une partie du pollen rapporté à la ruche. Plutôt à déconseiller.
  • Faire un essaim artificiel. La technique est décrite en détail dans l'article "Prélever un nucléus pour éviter l'essaimage". 

Les mesures à long-terme

  • La première mesure est la sélection. Sachez que les abeilles "tout venant" sont généralement essaimeuses.
  • Certaines races sont plus essaimeuses que d'autres: la carnica par exemple. Renseignez-vous et choisissez une race adaptée à votre région et que d'autres apiculteurs élèvent.
  • Élevez des reines de qualité, en sélectionnant les caractères désirables (douceur, productivité, tenue au cadre) et en éliminant les caractères non souhaités (essaimage, agressivité). Si vous débutez ou même si vous avez seulement un petit rucher, je ne peux que vous conseiller d'acheter de bonnes reines chez un éleveur réputé. Vous gagnerez beaucoup de temps et éviterez beaucoup de déceptions. L'élevage des reines est une affaire de spécialistes.
  • Ayez des jeunes reines. Elles ont de meilleures phéromones et sont donc moins essaimeuses. Changer ses reines tous les deux ans est optimum. L'année de naissance ne compte pas. Vous faites donc deux saisons de production avec une reine.
  • Occupez les ouvrières. Faites les travailler. C'est essentiel. On fait travailler les ouvrières en donnant des cadres à bâtir. C'est l'occasion de renouveler les cadres de corps. Au moins un tiers chaque année. Cette mesure améliore l'hygiène de vos colonies.
  • Assurez une bonne ventilation de la ruche pour éviter l'essaimage. Dès qu'il n'y a plus de risque de refroidissement, n'hésitez pas à ouvrir et même à retirer la planche à varroa.
Appliquez ces différents points et vous réduirez certainement le nombre d'essaims. C'est un travail autant à court-terme que sur le long-terme. La persévérance paye et je suis sûr que si vous appliquez ces conseils, vous aurez rapidement des résultats positifs en matière d'essaimage. Maintenant c'est à vous de travailler.

Pour être tenu au courant une fois par mois des nouveaux articles du blog, inscrivez-vous à la newsletter (voir la colonne de droite).
___________________________________________________________

Autres articles:

1. Faire un essaim artificiel pour éviter l'essaimage

2. Chercher la reine dans une ruche

3. L'agrandissement de la colonie au printemps 

4. Bien poser des ruches pièges 

___________________________________________________________
N'hésitez pas à partager vos expériences et à poser vos questions dans la zone commentaires.

2 commentaires: