samedi 14 novembre 2020

Les débuts en apiculture : comment faire?

Débuter en apiculture est un processus raisonné qui ne peut pas s'improviser. Étant souvent interrogé sur la meilleure façon de débuter ce magnifique hobby qu'est l'apiculture, j'ai repris dans cet article les étapes à respecter avant de se lancer.

Le timing

On ne démarre pas l'apiculture du jour au lendemain.  Il y a plusieurs éléments à prendre en considération : la formation, l'emplacement du rucher, le type de ruche, trouver sa première colonie, quand commencer, l'équipement ...

Aucun de ces éléments ne peut être négligé et ils doivent être appréhendés à l'avance. Il en résulte que avant de débuter, il faut examiner chaque point séparément. 

Je vais donc les reprendre un par un par la suite.

La formation 

Être formé à l'apiculture est indispensable . Certains  vous diront sans doute qu'ils se sont formés eux-mêmes.  Je peux vous garantir que c'est la meilleure façon de se dégoûter de l'apiculture et de risquer des déboires,  voire de accidents.

Une bonne formation s'impose. Mais quels sont les ingrédients d'une bonne formation:
  • tout d'abord, une formation digne de ce nom doit être pratique. Une partie théorique solide est bien sûr indispensable, mais elle sera totalement insuffisante si elle n'est pas complétée par de la pratique avec des colonies. L'idéal est d'avoir une ruche qui vous appartient et dans laquelle vos apprentissages théoriques seront mis en oeuvre sous la supervision d'un apiculteur expérimenté. Si l'on vous propose des formations où il n'y a pas 50% de pratique, encourrez-vous.
  • une bonne formation se déroule au moins sur une année à raison d'une séance tous les quinze jours. Si on vous propose une formation sur un ou deux week-end, méfiez-vous. C'est trop court et vous recevrez trop d'informations en une fois pour bien l'assimiler.
  • une alternative à la formation de groupe est de pratiquer le compagnonage. Un apiculteur expérimenté vous explique l'apiculture lors de visite de colonies. La partie théorique est moins développée, mais le pratique est assuré. L'inconvénient est de n'apprendre que la méthode de l'apiculteur formateur et de prendre ses bonnes mais aussi ... mauvaises habitudes.

L'emplacement du rucher

Trouver un bon endroit pour installer son rucher est primordial.

Avoir ses ruches chez soi est évidement l'idéal. Il existe cependant des règles pour installer des ruches. Renseignez-vous au préalable dans votre commune ou auprès de votre département sur les conditions d'implantation. Ce sujet a été abordé dans l'article sur les règles légales à respecter au rucher.

rucher


Au delà de la loi, il faut aussi que l'endroit soit adapté à la détention de ruches:
  • un environnement favorable en terme de végétation pour assurer des ressources en nectar et pollen aux abeilles
  • éviter les fonds de vallée et les lieux humides
  • examinez l'absence de source de pollution ( décharges, usines polluantes ...) à proximité des colonies
  • il est fortement déconseillé d'installer ses ruches à proximité de zones agricoles ou de verger qui sont traités avec des pesticides. En butinant les abeilles vont ramener ces produits dans la ruche qui contamineront à court ou moyen terme ses occupants.
L'article Bien installer son rucher étudie cette question plus en détail. Cet aspect est important car une fois le rucher installé, il est difficile de changer son emplacement à moins de recommencer.

Le type de ruches

L'imagination humaine a inventé de nombreux types de ruches: la dadant, la voirnot, les divisibles, la kenyane ...

ruche THB


Chacune présente ses avantages et ses inconvénients. Il faut choisir un type de ruche adapté à son environnement et aux objectifs poursuivis. Le mieux est souvent de se rapprocher d'apiculteurs de la région et de les faire parler de leurs ruches. Ils vous donneront beaucoup de détails basés sur leur expérience. 

Pour les grandes caractéristiques, lisez l'article consacré aux types de ruches.

Un dernier conseil : quelque soit le type de ruche choisi, veillez bien à standardiser votre matériel. Quelques millimètres de différence peuvent poser des problèmes dans la pratique de tous les jours.

Sa première colonie

Acquérir sa première colonie est toujours un grand moment que l'on n'oublie jamais. Les possibilités sont multiples:
  • acheter une colonie. Simple, rapide mais de plus en plus onéreux. Comptez 150€ pour une colonie sur cinq cadres avec une reine de l'année précédente. Allez chez un bon éleveur. Parfois, il est difficile de trouver des colonies au printemps et il vaut mieux réserver.
  • faire un nucléus au départ d'une ou plusieurs colonies existantes. C'est une méthode efficace mais qui n'est pas à la portée d'un débutant. Il faut se faire aider par un apiculteur qui accepte de diviser une colonie. La solidarité chez les apiculteurs n'est pas un vain mot.
  • récolter un essaim. Souvent préconisée, je déconseille cette méthode pour un débutant. D'une part vous n'avez pas l'expérience pour récupérer un essaim. Ensuite, vous ne connaissez pas la qualité ni l'état sanitaire de la colonie récupérée. 
  • placer des ruches pièges. A déconseiller aussi, car la méthode est aléatoire et présente de plus les mêmes inconvénients que la récolte d'essaim.
Dans l'article Trouver sa première colonie, vous trouverez de plus amples détails.

Quand commencer?

L'idéal pour commencer la pratique est d'acquérir sa première colonie au printemps en avril ou mai. Cela signifie qu'il faut commencer sa formation dès le mois de septembre, préparer le rucher en hiver et acquérir une ou deux ruches durant l'hiver. Cela vous permettra d'y placer votre première colonie au printemps.

Les ruches nécessitent une protection pour les protéger des intempéries. Les produits doivent bien sécher et deux couches sont nécessaires. N'attendez pas la dernière minute.

L'équipement de base

Bon commençons par l'indispensable:
  • une ruche et sa hausse
  • un vêtement de protection et des gants
  • un lève-cadre
  • un enfumoir
  • quelques cadres
  • de la cire
Vous trouverez plus de détail et des conseils dans l'article sur le matériel.

Ensuite le matériel utile. Au début, on peut partager un extracteur avec des amis avant d'acquérir le sien:
  • un extracteur
  • un bac à désoperculer
  • un seau à miel avec robinet intégré
  • un filtre
  • une fourchette à désoperculer

Le budget de l'apiculture

 Commencer l'apiculture n'est pas gratuit. il faut compter un budget minimum de 300€ la première année et de 400€ par la suite quand vous achetez le matériel complémentaire.

J'ai par contre deux bonnes nouvelles. La première : tout ne doit pas être acheté en même temps. La deuxième : à partir de seconde année, vous pouvez espérer vendre une partie de votre récolte. Cela donne des revenus qui, s'ils ne vous rendront pas riche , vous permettront de rentrer dans vos frais.

Ce sujet a été développé plus en détail dans l'article Que coûte l'apiculture?

Intéressé?
couverture

Si vous êtes arrivé jusqu'ici, c'est que le sujet vous intéresse. Pour aller plus loin, je ne peux que vous recommander de lire le livre Bien débuter en apiculture dans lequel vous trouverez beaucoup plus de détails que je ne peux donner dans cet article.


Si vous souhaitez poser une question, n'hésitez pas à le faire dans l'espace commentaires.

Autres articles :











Aucun commentaire:

Publier un commentaire